Et si… La panne de Google #1

IT4LIFE
5 min readDec 15, 2020

--

Hier, pour la première fois depuis des mois, depuis des années même, il y a eu la queue devant notre bureau. La dernière fois que c’est arrivé, c’était avant l’apprentissage du mode hotspot par mes collègues. Ils venaient nous voir à chaque coupure internet et on discutait, on pensait, on rêvait ensemble avec un café.

Donc hier mardi 14 Décembre 2020.

Le support informatique a été pris d’assaut par les cerveaux les plus éveillés en quête d’intelligence collective, en quête d’amis puisque Google, le meilleur d’entre nous, s’était tu.

Et alors, cette phrase s’est mise à résonner en moi : “Non mais t’imagines et si…”. Et si, si. S. I. Et si nous imaginions notre SI, pour une fois ensemble, pas tout seul. On rallume la lumière, les Lumières, et oui, on réfléchit à notre Système d’Information, pour la boîte, pour nous même. NOTRE système d’information à nous, nos cerveaux. Et tout de suite on s’interroge : “et si… as tu pensé à…”.

Les collapsologues sont les premiers à arriver (je ne les juge pas pour le moins du monde, et surtout pas du monde de demain. A mon sens, ils seraient les seuls à avoir apporté des bougies et des allumettes dans la caverne, plutôt que la torche de leur smartphone et un powerbank).

Au début très pragmatiques, en nous disant humblement : “Là je bossais sur plusieurs docs, tu penses que je les ai perdus ? ” Mais on sent dans leur regard que cette question banale n’est qu’une amorce. Leurs yeux cherchent en nous, la malice pointe, ils nous observent avec profondeur et notre apparente sérénité les perturbe. Ils se demandent si nous sommes complètement teubés ou si au contraire, une porte s’est ouverte.Si pour une fois, on pouvait se réfugier ensemble dans la caverne avec nos bougies respectives et pourquoi pas se laisser aller et allumer un 🔥 comme au bon nouveau temps.Comme si le temps nous le permettait, comme si le temps était suspendu. Il semble qu’on inspire la confiance.Après tout, on doit être des genres de geeks, des nerds, donc on ne va pas être surpris ou jugeant, donc on se laisse aller, sans enjeu…

Et si on y était.Et si ça ne repartait pas.Et si on avait tout perdu, tu penses que ?

Oui, je pense.Bien sûr que je pense.Je suis comme toi, j’ai autant d’humanité et c’est ça qui nous lie, si je peux me permettre de te le rappeler, notre essence est là ! Instantanément, on se retrouve à poil dans la caverne et on va devoir réfléchir ensemble.

“Tu penses que c’est une attaque ?” “Tu penses que ça peut durer ?” “C’est déjà arrivé ?” Finalement la question n’est pas posée ; celle qui brûle les lèvres. Et si c’était aujourd’hui la panne mondiale tant attendue, désirée ou redoutée ?Sommes-nous en train de vivre l’effondrement ? Twenty20, est-ce l’année de trop pour nous ? Avons-nous cramé toutes nos ressources ? On y avait pensé mais finalement pas assez, on s’est pas vraiment préparé.Merde, l’angoisse monte. Pourquoi j’ai pas fait les cours de perma auxquels je m’étais inscrit ? Pourquoi j’ai survolé cet article d’Usbek et Rica qui donnait tant de clés ? Pourquoi je ne suis pas allé dans les éco lieux que je souhaitais visiter cet été ? (Ah oui, les éco lieux ils étaient fermés à cause du COVID).

Mais heureusement, comme dans la vraie vie (enfin comme dans la vraie vie du quotidien quoi, sur FB et Insta quoi), on est interrompu. Tant mieux ! Un break, une pause, envoie moi des p’tits chats car mon cerveau surchauffe.

WhatsApp et Telegram s’activent, on déconne avec Régis, Villeret et la femme de ménage pour les plus anciens. L’oiseau bleu, lui (Twitter pas Arnaud Aymard, même si niveau subtilité l’un n’a rien à envier à l’autre à mon sens), se veut tout de suite plus piquant, plus subtil.Mais en un minimum de mots, faut percuter vite, envoyer de la punchline, faire dans le sensible, le vibrant, pour se démarquer et avoir l’air de…

Bim ! Merci JB x2 (jb celui-ci et l’autre jb au passage, celui qui nous donne l’impression qu’on va pouvoir souffler un peu.Je parle évidemment de Bidden, pas du whisky).

Waow, c’est puissant !Tout est réuni là, en une phrase Google, l’enfant, la lumière, la pensée, le think qui fait probablement écho au “Think different” d’Apple donc dieu, la toute puissance, l’enfant donc demain mais aussi hier, la lumière, la pensée, les GAFAM, Socrate. Est ce que dark fait écho au black live matters…

Ma première réaction est violente: “Crétin à quel moment t’as pensé que tu pouvais confier la vie de ton enfant et la tienne à de l’IA ? T’as besoin de ton smartphone pour allumer la lumière gogol ? (T’as besoin de Google pour allumer la lumière avec ton smartphone fonctionne aussi).

Je dois reprendre le contrôle, repenser à la CNV, je suis pas un troll. C’est quoi mon intention, qu’est ce que je ressens au fond ? Probablement une forme de jalousie, ce gars a l’air d’avoir le cerveau plus vif que le mien, chaque mot de son tweet a de multiples interprétations. Ou pas.

Ce que je ressens au fond, c’est cette envie de se reconnecter, que ce rethink ne s’arrête pas à la fin de la panne, qu’ensemble on apprenne à réparer l’interrupteur. J’ai envie de rêver d’espérer, j’ai pas envie de mourir, j’ai pas envie qu’on s’épuise à touiter. J’ai envie qu’on reste longtemps dans ce bureau, que ça fume, que ça fuse, qu’on se nourrisse intellectuellement.Elle est là mon intention et j’en veux à Jb, de sa légèreté apparente, de son insouciance d’avoir imaginé que c’était cool de connecter la lumière de la chambre de son enfant à son “home mini”, je pense à la quantité de déchets produite et d’énergie et de matière grise gaspillées…

Je dois avoir l’air bête quand je pense car une des personnes dans mon bureau me dit très sèchement : “C’est pas drôle !” Sous entendu, ou pas, : “C’est toi le tech, t’as quoi comme solution ? Nous on flippe, là !”

Il est donc de bon ton de contextualiser, l’intérêt de connaître l’histoire, son histoire, pour ne pas reproduire sans cesse les mêmes erreurs.”Chers amis !…” (j’ai l’impression d’être un prophète dans mon petit bureau, tout le monde m’écoute avec attention et intensité comme si j’étais le guide spirituel des internets).

A suivre…

--

--

IT4LIFE

IT4LIFE accompagne les ONGs, les associations et les entreprises sociales dans la mise en place de solutions numériques.